Journée internationale des droits des femmes

La journée internationale des droits des femmes, célébrée le 8 mars depuis qu’elle a été lancée en 1977, est une occasion pour fêter des femmes et renforcer la lutte contre l’inégalité à laquelle nous faisons face tous les jours. Mais en tant qu’enseignante de FLE, pour moi, c’est aussi une occasion de briser la monotonie des cours…pour parler des droits des femmes, oui, mais faire aussi beaucoup d’autres activités qui célèbrent des femmes. Voici quelques idées:

A1

Les noms des métiers au féminin :
Ce travail sur la transformation des noms des métiers au féminin se fait tout au début de l’apprentissage du français. Alors pourquoi pas le faire pendant cette semaine? L’adoption récente de la féminisation des noms des métiers par l’Académie française a agrandi la liste habituelle des métiers. Oublions la chanteuse et la infirmière; parlons de la sapeuse-pompière ! Voici un petit exercice que vous pourriez faire.

Des adjectifs au féminin
Faites décrire une femme importante de leur vie, pour réviser des adjectifs au féminin. Vous pourriez montrer cette image de Margaux Motin pour les inspirer et donner quelques pistes/contraintes aussi. (Cliquez sur l’image pour voir l’original.)
Une autre activité basée sur ce dessin.

A1/A2

Biographies des femmes célèbres au passé composé :
Un exercice classique pour renforcer l’acquisition du passé composé, cette semaine on pourrait demander aux apprenants.e.s de présenter des femmes célèbres (françaises ou du pays d’origine des apprenant.e.s). Vous pourriez commencer avec cet exercice pour les mettre sur la bonne voie, avant de leur demander de rédiger leurs propres textes.

A2+

Le tricot pour présenter une femme importante
L’idée est de faire présenter une femme importante de leur vie (membre de la famille, enseignante, amie, collègue,…). Au lieu de leur demander faire de petites présentations simples pendant lesquelles les autres s’ennuient, ça pourrait être fait en tricotant. Chaque apprenant.e présente une femme (avec ou sans contraintes linguistiques) et lance une boule de laine vers son/sa camarade. Une fois que tout le monde a parlé, on défait le tricot. Maintenant les apprenant.e.s doivent présenter la femme présentée par le/la camarade avant lui/elle. Pour voir comment cette activité se déroule, vous pouvez consulter cet article.

Présenter le parcours d’une femme célèbre sur Storyboard That
Une plateforme qui permet de raconter des histoires à travers une bande dessinée, ce travail créatif pourrait s’effectuer en groupe ou individuellement. Les apprenant.e.s peuvent choisir une femme célèbre et raconter son parcours en forme de bande dessinée. StoryBoard That permet de créer gratuitement des BDs simples. Voici un exemple:

B1+

Biographies des femmes célèbres au passé simple
On fait cet exercice aux niveaux A1 et A2 pour travailler le passé composé; au niveau B1, il est excellent pour travailler le passé simple.

Parler de la charge mentale des femmes à travers une BD

Un sujet très discuté en 2017, il s’agit du « principe de sociologie traitant de la charge cognitive que représente, généralement, la gestion du foyer au quotidien pour la femme ou l’homme.» (Wikipédia). La BD d’Emma aborde ce sujet et se prête aux discussions intenses. Après avoir découvert la BD, les apprenant.e.s pourraient parler de la situation dans leur pays, en présentant leur propre point du vue / vécu sur le sujet.

B2+

Analyse du sexisme caché dans quelques expressions courantes.
Le français, comme toute autre langue, a beaucoup d’expressions sexistes, telle que « l’heure des mamans », qui n’ont malheureusement pas changé au fil des siècles. Vous trouverez une liste avec des explications ici. Demandez aux apprenant.e.s d’y réfléchir et expliquer en quoi les expressions sont sexistes. Cette activité pourrait être suivie d’une discussion sur les préjugés contre les femmes dans la langue maternelle des apprenant.e.s.

Analyse du sexisme dans la langue française à travers une chanson
Une chanson qui frappe aux yeux et choque en raison de ses paroles, «C’est une pute» de Fatal Bazooka évoque le sexisme dans la langue française. «Un chauffeur, il conduit le bus ; une chauffeuse, c’est une pute.» La chanson a plein de tels exemples du machisme. Après avoir visionné le clip, les apprenant.e.s pourraient travailler sur les formes féminins moins discriminatoires des mots dans la chansons. On pourrait également évoquer des exemples dans la langue maternelle des apprenant.e.s.

Parler de l’écriture inclusive et de la féminisation des métiers
Des sujets polémiques chez les traditionnel.le.s, l’écriture inclusive et la féminisation des métiers sont pourtant un signe de l’évolution de la langue. Il est donc important d’en parler, surtout aux niveaux avancés. Cet article propose des ressources et des idées d’exploitation pour aborder ces deux sujets.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s